Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » Des équipements universitaires de pointe à la portée des PME
Retour aux actualités

Lancement à l'INRS du réseau REPERE

Des équipements universitaires de pointe à la portée des PME

Version imprimable
18 février 2019 // par Stéphanie Thibault
rss
Prima Québec lance à l’INRS son réseau REPERE pour partager avec les PME des plateformes technologiques sur les matériaux avancés.
 
De gauche à droite : Xavier Barsalou-Duval, Député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères; Professeure Audrey Moores, Responsable scientifique de FEMR (Université McGill); Marie-Pierre Ippersiel, PDG de Prima Québec; Suzanne Dansereau, Députée de Verchères; Professeur Mohamed Chaker, Responsable scientifique de l’INF (INRS); Philippe Babin, PDG d’AEPONYX Inc. Crédit photo : Empay Photographe
 
En unissant l’expertise et l’équipement de six institutions universitaires québécoises dont l’INRS, Prima Québec a mis en place le réseau REPERE (Réseau d’équipements de pointe publics et d’expertises). Chaleureusement accueilli par le milieu des affaires, ce nouveau réseau donne accès à sept plateformes technologiques, d’une valeur de 250 millions de dollars, aux entreprises qui utilisent des matériaux avancés. Le lancement s’est tenu au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS.
 
« Dès le début des années 2000, dans le contexte de NanoQuébec, une vaste concertation a eu lieu entre les chercheurs des universités québécoises pour mettre sur pied des infrastructures complémentaires dans le domaine des matériaux et des nanotechnologies », rappelle Mohamed Chaker, responsable scientifique de l’Infrastructure de nanostructures et de femtoscience (INF) de l’INRS. « Aujourd’hui, l’initiative de PRIMA Québec de créer REPERE va nous permettre d’exploiter cette complémentarité pour mieux répondre aux besoins de nos PME. »
 
De l’électronique à l’alimentation, les matériaux avancés jouent un rôle important dans de nombreux secteurs d’activité. Il s’agit de matériaux tout à fait nouveaux ou grandement améliorés, dont les performances surclassent celles des matériaux conventionnels et qui présentent certains défis pour leur mise au point et leur utilisation. Grâce à l’accès aux équipements de pointe et à l’expertise qui y est rattachée dans le secteur des matériaux avancés, le réseau REPERE favorisera l’accroissement de la capacité d’innovation des PME du Québec. « REPERE témoigne de la volonté de joueurs clés de se regrouper pour favoriser l’accès aux équipements et à l’expertise inestimable qu’ils ont développée », affirme Marie-Pierre Ippersiel, présidente et directrice générale de PRIMA Québec. « Le tandem équipements-expertise est un ingrédient essentiel au succès des PME en matériaux avancés. »
 
En effet, le réseau permettra d’accélérer le passage de l’idée à la commercialisation pour les entreprises qui en bénéficieront, comme le souligne le président-directeur général de l’entreprise montréalaise AEPONYX, Philippe Babin. « En tant qu’utilisateur des équipements de pointe universitaires et collégiaux du Québec, AEPONYX Inc. est très heureux de cet avènement. Notre start-up n’aurait pu se développer sans accès à ces infrastructures partagées et au savoir-faire des scientifiques qui les opèrent. Notre désir profond est de faire croître ces infrastructures afin de positionner les entreprises québécoises au premier plan mondial dans le secteur des matériaux avancés. REPERE s’inscrit comme un jalon pour faire du Québec un leader dans ce secteur d’avenir. »
 
Les sept plateformes du réseau REPERE sont :
 
  • l’Infrastructure de nanostructures et de femtoscience (INF) de l’INRS,
  • Facilities for Electron Microscopy Research (FEMR) de l’Université McGill,
  • l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT) de l’Université de Sherbrooke,
  • le Centre de recherche sur les matériaux avancés (CERMA) de l’Université Laval,
  • le Centre de caractérisation microscopique des matériaux (CM)² de Polytechnique Montréal,
  • le Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces (GCM) de Polytechnique Montréal et de l’Université de Montréal,
  • le Laboratoire de mécanique multi-échelles (LM2) de Polytechnique Montréal. 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Procédé électronique bon marché, écologique et sécuritaire en sciences des matériaux ...

Webzine

Un diplômé invente un système d'analyse du son pour améliorer l'audition des malentendants ...

Webzine

Un diplômé innove dans une PME spécialisée en nanomatériaux ...

Webzine

Federico Rosei, titulaire d'une première chaire de l'UNESCO sur l'énergie ...

Webzine

Créer le réseau 5G ...